Miel urbain

A-Urbainculteurs-Miel urbain

Miel urbain est un projet des Urbainculteurs en collaboration avec la Miellerie de Champlain qui consiste à installer des ruches dans la ville de Québec, notamment sur des toits jardins. Il vise aussi à former des apiculteurs urbains en offrant des cours théoriques et pratiques.

Quelques chiffres

Lancé en 2011 avec 10 ruches réparties au centre ville, le projet a connu un grand succès et permis de produire 538 kg de miel. Il a été renouvelé en 2012 avec 15 ruches et le sera en 2013 avec une quinzaine de colonies installées à Québec, Cap Rouge et Saint Augustin. Une nouvelle formation en apiculture sera également donnée cet été (information ci dessous).

Où vivent les abeilles qui se promènent au dessus de nos têtes ? La plupart sont installées sur ou à proximité de toits-jardins comme c’est le cas à l’Hôtel du Vieux Québec, à lHôtel Château Laurier, au Centre des congrès de Québec ou au restaurant Chic Alors !

Du miel en ville ?

Comme le prouvent de nombreuses expériences partout dans le monde, les abeilles se portent très bien en milieu urbain, parfois mieux qu’en campagne. Elles y bénéficient en effet d’un environnement sans pesticides, elles disposent d’une grande variété de fleurs à butiner (à l’opposé des champs en monoculture intensive) et elles apprécient les températures plus chaudes des villes.

Des ruches urbaines sont présentes dans de nombreuses villes notamment à New York (environ 400), Chicago, Toronto, Vancouver, Hong Kong et Paris, entre autres sur le toit de l’Opéra qui produit et vend son propre miel.

Pourquoi le projet Miel urbain ?

Le projet « Miel urbain » s’inscrit dans le contexte mondial de pertes massives de colonies d’abeilles. Il vise plusieurs objectifs, notamment :

• L’implantation de ruches loin des zones où se trouvent insecticides, OGM et monocultures qui sont les responsables présumés de la disparition des abeilles ;

• L’éducation par rapport au rôle essentiel des abeilles et l’urgence de leur protection (les abeilles pollinisent 70 % des aliments que nous consommons) ;

• L’augmentation de la pollinisation des jardins urbains (25 à 30 % de fruits/légumes en plus en présence de ruches) ;

• L’implantation de nouvelles ruches au Québec (la province n’en compte plus que 36 000 contre 100 000 par le passé) ;

• La production de miel local (au Québec, 75 % du miel est importé).

Où trouver le Miel urbain de Québec ?

Certains établissements qui accueillent des ruches utilisent le miel pour en servir à leurs clients. Quant à la brasserie artisanale la Korrigane, elle produit une bière exclusive au Miel urbain de Québec.

Le Miel urbain de Québec est une édition limitée disponible dans quelques points de vente :

• À Québec : épicerie JA Moisan et restaurant Chic Alors !

• À Montréal : Club Organic.

• Lors d’événements auxquels participe la Miellerie de Champlain.

Abeilles ou guêpes ?

Les initiateurs du projet tiennent à souligner que les abeilles ne sont ni dangereuses ni agressives. Contrairement aux guêpes, les abeilles ne sont pas attirées par les poubelles et ni les boissons sucrées mais uniquement par les fleurs. Ce sont des « travailleuses autonomes » consacrées à une seule mission : produire du miel !