Diverses plantes comestibles plantées dans un bac de bois coloré sur une place publique. Un citoyen joue du piano dehors, en arrière-plan.

2 mars 2022

Comment l’agriculture urbaine peut-elle assurer sa mission d’éducation populaire et l’accès à une certaine sécurité alimentaire malgré la gentrification à laquelle elle participe? On s’instruit auprès de Louis-Pierre Beaudry, doctorant en sociologie et enseignant en sociologie urbaine au Cégep Limoilou.  |  La gentrification est un phénomène répandu, où un quartier défavorisé change progressivement de classe sociale majoritaire. Les projets de valorisation du milieu urbain sont bien souvent liés au phénomène de gentrification. L’agriculture urbaine n’y échappe pas. Mais il y a des pistes à explorer pour réfléchir aux projets de manière à ce qu’ils soient accessibles, axés sur les besoins en sécurité alimentaire et qu’ils participent à une vision globale du territoire. Prenez votre café et allumez votre cerveau : on plonge dans les réflexions sociologiques!

 

Liens

Article de Louis-Pierre (sur la plateforme Érudit) – La gentrification atypique de Québec entre 1971 et 2016 : portrait d’une ville polycentrique de taille moyenne

Lien vers notre formation en ligne

Devenir membre des Urbainculteurs

Commande d’arbres et arbustes fruitiers

                                                                                                                 

« Retour aux épisodes